La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Caucase: La Géorgie s’éloigne de l’Union européenne

Le Parlement géorgien a adopté ce mardi en troisième lecture la loi très controversée sur l’influence étrangère. De quoi faire craindre un basculement vers la Russie.

Des manifestants portant les drapeaux américain, géorgien et européen font face à des policiers bloquant une rue de Tbilissi lors d’un rassemblement contre le projet de loi sur les «agents étrangers». © Keystone
Des manifestants portant les drapeaux américain, géorgien et européen font face à des policiers bloquant une rue de Tbilissi lors d’un rassemblement contre le projet de loi sur les «agents étrangers». © Keystone

Nolwenn Jaumouillé, Tbilissi

Publié le 14.05.2024

Temps de lecture estimé : 7 minutes

Sifflets, casseroles et visages graves, la tension était palpable ce mardi chez les manifestants géorgiens, réunis une nouvelle fois devant le parlement, comme chaque jour depuis plus de trois semaines. Un dernier rassemblement désespéré de contrer les velléités du parti au pouvoir. Au même moment, au sein du bâtiment, se jouait le vote décisif de la loi sur l’influence étrangère, que leur détermination n’aura pas suffi à contrer.

Dans une atmosphère très tendue, qui a vu les parlementaires en venir aux mains, les députés majoritaires du Rêve géorgien, parti au pouvoir depuis 12 ans, ont finalement adopté vers 16 h en troisième lecture un texte de loi très décrié, à 84 voix «pour» et 30 «contre». Il doit désormais être soumis à la présidente Salomé Zourabishvili, qui a deux semaines pour statuer et a annoncé qu’elle déposerait son veto – qui pourra être outrepassé par la majorité.

Un bâillon

La législation en question oblige les groupes de la société civile et les médias

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11